Brandenburger Liner fait de grandes choses à Cracovie

22.09.2016

Poser une gaine PRV d'un diamètre DN 1500 et de près de dix millimètres d'épaisseur sur 280 mètres est déjà un accomplissement en soi. Mais accomplir le tout sous un fleuve - la canalisation n'est séparée de l'eau du fleuve que par une couche de terre d'un mètre d'épaisseur - est une autre paire de manches. Brandenburger Liner a réussi ce tour de force à Cracovie, et ce dans des conditions qui n'étaient pas des plus simples.

Les berges de la Vistule, le plus long fleuve polonais, attirent de nombreux promeneurs, cyclistes et joggeurs. Certains d'entre eux savent qu'à cet endroit de Cracovie la Vistule a une profondeur de cinq à six mètres en temps normal et de jusqu'à neuf mètres en période de crue. Mais la plupart d'entre eux ne sait pas que quatre canalisations de plus de 60 ans d'âge passent aussi sous le fleuve à cet endroit. Terminées en 1954, elles assurent depuis lors l'écoulement des eaux usées d'un côté à l'autre de cette ville qui compte 760 000 habitants.

Nous avions pour mission de réhabiliter l'une de ces canalisations. Le défi : mettre en place une gaine de 26 tonnes et d'un diamètre de 1,5 mètre sous la largeur totale du lit du fleuve, ce qui signifie sur une longueur de 280 mètres. La société Brandenburger Liner GmbH & Co. KG a relevé le défi et a fabriqué la gaine dans sa nouvelle grande ligne de production.

À Cracovie la tâche s'est poursuivie dans la canalisation à huit mètres sous terre, sous la direction de Marc Albrecht pour l'équipe de technique d'application de Brandenburger Liner GmbH & Co. KG ainsi que sous la direction de Piotr Grawżym pour les techniciens de la société AKWA Sanierungstechnik GmbH. Les travaux durent plonger encore plus profond lors de la traversée du lit du fleuve car le siphon inversé, une canalisation de pression permettant de passer le fleuve, s'abaisse encore de deux mètres. Mais le siphon inversé n'était pas vraiment la pierre d'achoppement ce chantier, les véritables difficultés venaient des conditions géographiques et techniques du site.

Planification minutieuse

Un projet d'envergure aussi ambitieux dans la deuxième plus grande ville de Pologne exige une préparation minutieuse. Entre autres parce que des gaz toxiques se sont accumulés dans les parois de la canalisation au cours des 60 dernières années. Après le pompage de l'eau et le nettoyage de la canalisation la saleté avait disparu, mais le béton étai encore imprégné de ces gaz toxiques. D'après Grzegorz Owczarek, Directeur général de la société AKWA, la canalisation a été aérée pendant deux mois pour laisser les gaz toxiques se dissiper. Auparavant les travailleurs ne pouvaient accéder à la canalisation qu'avec des masques de protection respiratoire.

La canalisation et ses deux accès de part et d'autre de la Vistule ont dû être préparés avant l'arrivée de la gaine. Des employés d'AKWA avaient creusé à l'avance de grandes ouvertures et une tranchée au niveau de l'accès d'où la gaine devait être tirée.

Pour que personne ne se s'enlise dans la boue devant le regard après une averse, les équipes de Brandenburger et d'AKWA ont rempli l'accès de minéraux dès le premier jour de chantier. Ensuite, il a fallu arrondir les bords vifs du regard avec une meuleuse d'angle, positionner les treuils et le convoyeur et finalement mettre en place le film sur lequel la gaine glissera dans la canalisation.

Travail de précision à l'arrivé de la gaine

L'arrivée de la gaine sur le site le lendemain matin n'a pas été simple car le seul accès au fleuve est une route étroite dans laquelle un camion à plateau long peut ne pas faire demi-tour. Le véhicule, avec ses lourdes caisses en bois venant de Landau, a dû faire demi-tour devant l'entrée et manoeuvrer en marche arrière sur plusieurs centaines de mètres jusqu'au goulot d'étranglement de l'entrée du chantier. Il a fallu au conducteur des prouesses de conduite avant que le camion ne s'immobilise enfin devant le convoyeur.

À dix heures, moment de frayeur : le capteur du convoyeur est en panne. Avec l'aide des collègues de Landau Marc Albrecht a heureusement réussi à résoudre rapidement le problème, de sorte que la gaine pliée a pu ensuite être tirée sans difficulté dans la canalisation.

Par chance, la pluie n'a commencé de tomber qu'après la mise en place de la gaine.

Mais la prochaine difficulté ne s'est pas fait attendre : l'obturateur, le pot en aluminium se plaçant à la fin de la gaine, était trop grand pour l'étroitesse du regard, avant de pouvoir être utilisé il a donc dû être démonté et remonté au fond, après avoir descendu une par une les pièces par treuil.

En fin d'après-midi la gaine était enfin gonflée et positionnée. Manuel Geissler, technicien d'application chez Brandenburger Liner GmbH & Co. KG a donné le signal du départ pour le train de 12 lampes UV de 1000 W chacune, qui ont été tirées à une vitesse de 60 centimètres/minute pour polymériser la gaine.

Fier du résultat

L'inspection de la gaine le lendemain l'a prouvé : ce projet de réhabilitation de 400 000 euros a été achevé avec succès - grâce, une nouvelle fois, à l'excellente coopération entre les sociétés Brandenburger Liner GmbH & Co. KG et P.P.U.H. AKWA. « Nous sommes très fiers d'avoir réussi l'installation d'une gaine de cette taille » a déclaré Michael Schloder, Directeur général de Brandenburger Liner. « Nos employés ont fait du bon travail et démontré l'importance d'une bonne préparation et d'une grande flexibilité sur le site.» Ses remerciements spéciaux valent également pour la société P.P.U.H. AKWA.

Grzegorz Owczarek, le Directeur général d'AKWA s'est aussi réjoui de l'aboutissement de ce projet majeur et a rapporté qu'un employé du service des eaux de Cracovie à visité le chantier et les a félicité de ce succès.

Lire la suite: www.akwa.eu 

Retour au sommaire